Chères consœurs, chers confrères,

La longue période de négociations conventionnelles est désormais derrière nous. Elle a soulevé de nombreuses questions, de grands débats et parfois des inquiétudes. Inquiétudes auxquelles nous avons toujours tenté d’apporter une réponse claire et précise.

Malheureusement, l’inquiétude, mêlée à la bêtise humaine, a amené certains confrères à proférer à notre encontre des messages d’insultes, de diffamation, de menaces verbales voire physiques. Je vous annonce que le SNMKR n’en restera pas là. Plusieurs dizaines de captures d’écran ont été récupérées et seront envoyées directement à la présidente du conseil national de l’ordre dans le cadre d’une plainte pour non-respect de la déontologie.

Le débat d’idées doit être une richesse et non une occasion d’annihiler les initiatives de ceux qui s’impliquent. Notre syndicat ne sera jamais le syndicat de l’utopie, le syndicat du populisme. Notre engagement est fondé sur une vision à long terme de ce que doit être la kinésithérapie dans notre société contemporaine.

Notre profession doit s’intégrer au cœur des nombreux enjeux que connait notre société :

  • La promotion de l’activité physique et la lutte contre la sédentarité
  • La lutte contre les troubles musculosquelettiques et les mauvaises habitudes de notre vie quotidienne
  • La lutte contre certains facteurs de risque augmentant la mortalité évitable, comme le tabagisme
  • La prise en charge des patients atteints de maladie chronique, toujours plus nombreux dans notre pays
  • Le renforcement des collaborations avec les autres professionnels de santé

Cette vision peut ne pas convenir à certains d’entre vous, et je l’accepte. Mais ce que j’espère, c’est que ceux qui partagent une vision différente, passent d’abord leur temps à présenter de nouvelles idées et porter d’autres projets, plutôt que d’adopter une démarche réactionnaire visant à considérer que tout ce que font les autres est forcément mauvais par pure idéologie ou dogmatisme.

Que cela se fasse dans notre syndicat ou ailleurs, la meilleure réponse face aux inquiétudes légitimes de notre quotidien: c’est l’engagement.

Si vous avez du temps à donner pour défendre vos confrères

Si vous avez des connaissances et compétences à faire valoir, qu’elles soient en sciences politiques, en sciences humaines, en sciences de la communication

Si vous avez développé une activité spécifique que vous souhaitez voire défendue auprès des pouvoirs publics

Si vous souhaitez que vos organisations représentatives vous défendent mieux qu’aujourd’hui

ENGAGEZ-VOUS !

Stéphane Michel

Président du SNMKR

Publié le dans Éditos


Partager :