REFORME DES RETRAITES

L’EXERCICE LIBERAL CONVENTIONNE EN PERIL ?

La réforme des retraites, en cours d’élaboration par le Haut-Commissariat à la réforme de Retraites, placé auprès du ministère de la Santé, vise à créer un système universel de retraite. Un système universel signifie que chaque assuré qui cotise un euro pour sa retraite, aura accès aux mêmes droits, quel que soit son statut professionnel. Notre système de retraite est constitué aujourd’hui de 42 régimes, dont la CARPIMKO (Caisse d’Assurance Retraite des Pédicures podologues, Infirmiers, Masseurs Kinésithérapeutes, Orthophonistes et Orthoptistes). L’objectif du système universel est donc de garantir l’égalité de tous les citoyens.

Car notre caisse de retraite présente aujourd’hui un défaut : elle fonctionne bien, beaucoup mieux que les autres. Ses excédents sont reversés en compensations à d’autres caisses de retraite. Nous avons aujourd’hui un taux de rendement élevé par rapport aux autres caisses, qui fait que chaque euro cotisé nous rapporte une pension plus élevée que les autres régimes de retraite. Néanmoins, notre pension reste faible car nous ne payons pas de cotisations patronales. La réforme prévoit un alignement des droits à la retraite, qui s’accompagnera donc d’un alignement des taux de cotisations. Le taux de cotisation moyen des kinésithérapeutes libéraux, aujourd’hui évalué entre 15 et 18%, pourrait donc s’élever à terme au niveau du taux des salariés, c’est-à-dire 28 %, pour une pension de retraite qui augmenterait à peine ! Ce projet constitue aujourd’hui un grand danger pour l’exercice libéral s’il ne s’accompagne de larges mécanismes de compensation.

Le SNMKR siège aux réunions de préparation auprès du Haut-Commissariat aux côtés des autres professions couvertes par la CARPIMKO. Nos représentants au sein de ces travaux, monsieur Mickaël Mulon et monsieur Tristan Maréchal, ont une nouvelle fois rappelé lors de la dernière réunion, en date du 29 janvier dernier, les risques associés à cette réforme assassine pour l’exercice libéral conventionné. Les réactions des organisations des autres professions (podologues, infirmiers, orthophonistes et orthoptistes) sont unanimes : nous devons décréter l’union sacrée interprofessionnelle et contester ce projet.

Si le HautCommissariat nous assure de leur écoute et comprendre nos inquiétudes, les enjeux sont si importants pour notre profession, que nous ne pourrons nous contenter d’un soutien verbal et moral. Il existe des possibilités de compenser ces hausses annoncées, notamment par le biais de l’Avantage Social Vieillesse. Nous devons alerter le gouvernement sur le risque de fragilisation de l’accès aux soins pour les patients en cas de fragilisation économique des cabinets libéraux.

Notre système de retraite est aujourd’hui complexe.

Notre mission est de vous représenter et vous accompagner dans la compréhension de ce système.

C’est pourquoi le SNMKR lancera dans les prochains jours une grande campagne de communication sur le fonctionnement de notre système, afin de vous aider à mieux comprendre les enjeux associés à cette réforme.