Douleurs au dos, cartables trop lourds, mobilier scolaire mal adapté, surcharge pondérale, position assise prolongée et anti-physiologique, des enfants avachis à l’école comme à la maison, développement d’environnements numériques et autres consoles de jeux, manque d’activité physique, lombalgies et dorsalgies… Les enfants et adolescents adoptent des postures à risque et ne sollicitent pas assez les muscles de leurs dos. Une éducation vertébrale s’impose, le SNMKR agit.

Pour un bilan gratuit chez votre kinésithérapeute, rendez-vous du 17 au 29 septembre 2012

 

Du 17 au 29 septembre 2012, des kinésithérapeutes volontaires reçoivent gratuitement dans leur cabinet les enfants des classes de CM1, CM2 et 6e. Objectif ? Réaliser un bilan et leur prodiguer quelques conseils au moment de la rentrée des classes.

Cette campagne vise pointer du doigt le nombre important d’enfants souffrant de rachialgies, lutter contre les causes de ce mal de dos en proposant des solutions concrètes, mais aussi montrer le rôle incontournable du kinésithérapeute en matière de prévention.

Pour que les parents trouvent facilement un praticien proche de chez eux, de nombreux kinésithérapeutes s’engagent dans cette action.

Si vous êtes kinésithérapeute et souhaitez participer à ces journées de prévention et de promotion de la profession, contactez notre secrétariat : secretariat@snmkr.fr.

 

La prévention des pathologies rachidiennes : un enjeu de santé publique

 

Les lombalgies chez l’adulte trouvent souvent leur origine chez l’enfant ou l’adolescent. Anomalies constitutionnelles, rachialgies, troubles statiques, TMS, dystrophies… Des troubles qui affectent un grand nombre d’adultes, qui pèsent lourd et qui coûtent cher (arrêts de travail, soins, médicaments…) !

 

Eduquer nos enfants à adopter les bonnes postures, c’est investir dans la prévention et agir avant l’apparition de ces lésions parfois irréversibles. Le mal de dos ne peut pas être endigué par la médecine, la prévention passe par une éducation vertébrale préalable dès le plus jeune âge, afin d’acquérir de meilleures habitudes gestuelles et posturales.

 

Des mesures concrètes peuvent être mises en œuvre :

–          prévoir un double jeu du cartable (une partie des ouvrages reste à la maison, l’autre au collège) ;

–          réduire les fournitures : mutualiser les cahiers et abolir le superflu ;

–          développer des aires de jeux dans les cours de récréation ;

–          favoriser la vidéo projection en classe ;

–          renouveler un mobilier scolaire mal adapté et peu ergonomique ;

–          (…).

 

La campagne M’ton dos s’inscrit dans un problématique plus globale : la santé de nos enfants dans leur vie scolaire reste fondamentale, au même titre que le droit du travail pour la défense des salariés. Pourtant, aucun code ne les protège.

 

La santé est un capital, la prévention nécessite des moyens. Une politique nationale et globale de prévention s’impose, éduquer les parents et le personnel enseignant devient une nécessité.

 

Pour la petite histoire… Dates clés

 

1995 : circulaire ministérielle

Le Ministère de l’éducation nationale publie une circulaire stipulant que le poids du cartable ne doit excéder 10% du poids moyen de l’élève. Soit une moyenne de 3,4 kilos pour un élève de 11 ans et 4,3 kilos pour un élève de 13 ans.

 

1996 : première pesée nationale de cartables

L’association Grandir en France (composée d’un Comité médico-technique constitué d’enseignants, de professionnels de santé, de spécialistes du mobilier scolaire et d’adhérents de tout bords) et la FCPE (Fédération de parents d’élèves) organisent une pesée nationale.

Objectif ? Récolter des données visant à dénoncer le non respect de la circulaire ministérielle.

 

2007 : des résultats éloquents

Organisation d’une pesée des cartables dans 52 départements, sur 39594  élèves, dans 378 collèges et 121 écoles. Et le couperet tombe : selon cette étude, 85% des élèves ont un cartable trop lourd (supérieur à 10% du poids de leur poids), seuls 15% des élèves ont un cartable dont le poids est conforme aux normes de l’Education nationale. Le poids moyen des cartables (sur des élèves de CM2, 6e et 5e) s’élève à 7,56 kg !

 

2008 : première campagne M’ton dos

Il faut agir ensemble : la FCPE, Grandir en France et le SNMKR s’associent.

Le SNMKR, promoteur et co-fondateur de cette campagne, lance M’ton dos. Objectif ? Mettre en exergue l’importance du dos dans les problématiques de santé. Mutualiser  un réseau de compétences, développer un programme d’intervention
adapté et de moyens numériques et technologiques permettant d’assurer la continuité des
apprentissages et des évaluations.

Concrètement ?

– déploiement d’un site d’informations (http://www.mtondos.biz) ;

– organisation et animation de Congrès nationaux (AFREK, INRS, CNRS…) ;

– publication de communiqués de presse visant à assurer le relai des médias (reportages, émissions et articles) ;

– actions de sensibilisation (intervention en classe, bilans gratuits et CPAM) ;

– démarches institutionnelles auprès des acteurs clés de la santé (ministères, mairies…) ;

– formation professionnelle et réseau spécialisé.

 

17 novembre 2010 : journée de prévention dédiée au mal de dos

Animations pour les enfants et adolescents, conférences et débats… La CPAM 92 et le SNMKR 92, sous le patronage du ministère de la santé et des sports, organisent conjointement une journée santé pour prévenir et vivre avec le mal de dos (à Boulogne Billancourt).

 

2012 : nouvelle campagne des bilans gratuits.

 

Affaire à suivre !