C’est quoi, pour qui et par qui ?

L’évaluation des pratiques professionnelles a parfois une mauvaise image chez nos confrères et consoeurs. A cela nous pourrions  trouver deux explications : tout d’abord parce que cette dernière est obligatoire et ensuite parce qu’elle comporte justement le terme d’évaluation. Pour clarifier cette image il est donc nécessaire de redéfinir ce qu’est et sera véritablement l’EPP pour les professionnels libéraux.

En premier lieu il paraît indispensable de rappeler qu’il ne s’agit pas d’évaluation d’un masseur-kinésithérapeute par un autre masseur-kinésithérapeute. La démarche d’EPP est individuelle, éventuellement collective. En réalité, il s’agit plutôt d’une démarche d’amélioration de ses propres pratiques professionnelles, et ce afin de promouvoir la qualité, la sécurité, l’efficacité et l’efficience des soins que nous délivrons tous les jours à nos patients.
L’EPP et la formation continue agissent dans le même sens :

  • L’EPP permet de se référer dans sa pratique à des standards, des indicateurs, des recommandations définis préalablement.
  • La formation continue permet d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences dans une approche pédagogique.

Le but de cette démarche est de provoquer chez le professionnel l’auto questionnement, l’analyse critique et la comparaison de son activité au regard des recommandations professionnelles existantes. De cette analyse doit résulter une amélioration des pratiques qui n’est pas, contrairement à ce qui est souvent dit, uniquement au bénéfice du service rendu au patient mais aussi au bénéfice du masseur-kinésithérapeute qui voit son exercice professionnel revalorisé dans sa qualité. (Dans certains pays anglo-saxons la revalorisation du professionnel qui s’engage à se référer aux bonnes pratiques et à les appliquer est également tarifaire…)
Le professionnel n’a donc aucune raison d’être réticent à cette démarche d’EPP qui constituera pour lui un bon moyen de trouver des repères, d’être critique vis-à-vis de sa pratique mais aussi vis-à-vis des informations qui lui sont délivrées dans le cadre de son exercice professionnel.

Deux acteurs principaux vont organiser et participer à ces actions d’évaluation des pratiques professionnelles : les Conseil Régionaux de l’Ordre  et la Haute Autorité de Santé. C’est l’une des missions qui leur sont dévolues par le Code de la Santé Publique (CSP) et le Code de la Sécurité Sociale (CSS).
L’évaluation des Pratiques Professionnelles est une obligation pour tout MK, comme la formation continue, conformément à l’article L4382-1 du CSP :

L’obligation de formation est satisfaite notamment par tout moyen permettant d’évaluer les compétences et les pratiques professionnelles.

Cette EPP est organisée par le Conseil Régional de l’Ordre, conformément à l’article L4321-17 du CSP :

Il organise et participe à des actions d’évaluation des pratiques de ces professionnels, en liaison avec le conseil national de l’ordre et avec la Haute Autorité de santé. Dans ce cadre, le conseil régional a recours à des professionnels habilités à cet effet par le conseil national de l’ordre sur proposition de la Haute Autorité de santé.

La Haute Autorité de Santé participe à ces actions, conformément à l’article L161-37 du CSS :

  • Élaborer les guides de bon usage des soins ou les recommandations de bonne pratique, procéder à leur diffusion et contribuer à l’information des professionnels de santé et du public dans ces domaines, sans préjudice des mesures prises par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé dans le cadre de ses missions de sécurité sanitaire ;
  • Établir et mettre en oeuvre des procédures d’évaluation des pratiques professionnelles et d’accréditation des professionnels et des équipes médicales mentionnées à l’article L. 1414-3-3 du code de la santé publique ;

icône Voir aussi http://www.ordremk.fr/exercer-la-profession/exercer/evaluation-des-pratiques-professionnelles/