Le Président de la République Emmanuel Macron a dévoilé ce mardi 18 septembre les grandes mesures de la stratégie de l’exécutif pour transformer notre système de santé, à travers un programme intitulé « Ma santé 2022, un engagement collectif ». Parmi les nombreuses mesures présentes dans ce plan, certaines d’entre elles toucheront plus spécifiquement les kinésithérapeutes.

 Si le SNMKR estime que les réformes annoncées par le Président de la République sont ambitieuses et constituent de grandes opportunités, certaines réserves sont à noter quant à la mise en œuvre de cette réforme.

Durant ces prochains jours, nous publierons une série d’articles qui reviendra sur plusieurs thématiques en les décrivant de la manière suivante :

  • Définition
  • Opportunités pour la profession
  • Réserves sur la mise en œuvre

Focus n°1 : Communautés Professionnelles Territoriales de Santé

Définition

Une communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) est composée de professionnels de santé regroupés, le cas échéant, sous la forme d’une ou de plusieurs équipes de soins primaires (ex : MSP, centres de santé, cabinets de groupes…), d’acteurs assurant des soins de 1er ou 2ème recours et d’acteurs médico-sociaux et sociaux concourant à la réalisation des objectifs du projet régional de santé. 6 missions prioritaires lui seront prochainement confiées :

  • la réalisation d’actions de prévention,
  • la garantie d’accès à un médecin traitant pour tous les habitants du territoire,
  • la réponse aux soins non programmés,
  • l’organisation de l’accès à des consultations de médecins spécialistes dans des délais appropriés,
  • la sécurisation des passages entre les soins de ville et l’hôpital
  • le maintien à domicile des personnes fragiles,

 Généralement organisées sous forme d’associations loi 1901, les CPTS sont créées à l’initiative des professionnels de santé souhaitant travailler plus formellement ensemble, mêmes s’ils ne sont pas forcément dans les mêmes locaux.

 L’Etat souhaite fortement encourager les professionnels à développer et intégrer ces CPTS, afin de faciliter le développement de coopérations entre professionnels de santé.

De plus, un financement conséquent, déjà entrepris par les ARS, sera réservé aux professionnels qui s’engagent dans cette démarche.

 

Opportunités

Cela fait des années que les kinésithérapeutes s’engagent dans des démarches de coordination, à travers la transmission de leur BDK, le contact régulier avec les médecins traitants, et l’engagement dans des structures d’exercice collectives comme les MSP ou les centres de santé.

En intégrant ces CPTS, les professionnels seront enfin valorisés financièrement pour les actions de prévention qu’ils développent, le temps qu’ils passent à échanger sur les dossiers des patients alors qu’aujourd’hui, le paiement à l’acte ne reconnaît pas ces activités.

La possibilité de s’engager auprès des CPTS est une occasion idéale pour proposer des innovations organisationnelles comme la mise en œuvre de l’accès direct pour certaines situations. La réticence de certains confrères médicaux ne doit pas nous empêcher de proposer des alternatives ambitieuses pour améliorer l’efficacité de notre système de santé.

 

Réserves

Le développement de coopérations sera conditionné à la possibilité pour tout type de professionnels de s’engager. Le positionnement du médecin traitant comme pivot du système ne doit pas entraîner d’inégalités de rémunération entre les professionnels qui s’engagent ensemble pour une meilleure coordination des soins

Des négociations conventionnelles entre l’Assurance Maladie et les représentants des CPTS seront organisées. Il sera essentiel d’intégrer des kinésithérapeutes à ces discussions pour ne pas se retrouver comme l’interlocuteur absent d’une opportunité pluriprofessionnelle intéressante.

Focus n°2 : Dossier médical partagé

 

Définition

Le Dossier Médical Partagé (DMP) est un carnet de santé numérique qui conserve et sécurise les informations de santé des patients (traitements, résultats d’examens, allergies…). Il permet également aux professionnels de santé d’échanger des informations pour améliorer la coordination des soins.

Aujourd’hui mis en œuvre de manière très inégale sur le territoire, l’Etat souhaite accélérer ce virage numérique et permettre à tout patient d’obtenir un espace numérique de santé individuel d’ici 2022.

 

Opportunités

La mise en œuvre d’espaces numériques sécurisés pour tous les patients est la meilleure occasion pour les kinésithérapeutes de montrer leur compétence aux autres professionnels de santé, comme le Bilan Diagnostic Kinésithérapique (BDK)

 

Réserves

Cela fait des années que le DMP se déploie dans les territoires, à une vitesse relativement lente. L’objectif du DMP généralisé en 2022 est extrêmement ambitieux et nécessitera un effort considérable de la part du gouvernement pour accompagner les patients et les professionnels de santé dans ce changement.