DnXY4lYXcAA8WUi

Nous terminons notre série d’articles d’analyse du plan gouvernemental « Ma santé 2022, un engagement collectif » en nous intéressant aux thématiques de la prévention et de la place du patient au coeur du système.

La prévention

 

Définition

Le gouvernement diffuse depuis le début de la mandature un discours très centré sur la nécessité de passer d’un modèle biomédical curatif, à un modèle plus centré sur la prévention. Le président de la République a rappelé cet engagement en proposant notamment des financements au forfait pour les professionnels qui s’engagent dans ces démarches de prévention.

 

Opportunités

Nous défendons depuis des années la nécessité de valoriser, notamment financièrement, les professionnels qui réalisent des actions de prévention et de promotion de la santé dans leurs pratiques. Qu’il s’agisse d’actions au sein des consultations individuelles ou de grandes campagnes de prévention auprès de publics cibles, la tarification actuelle ne permet pas de valoriser ces professionnels. Le développement de forfaits pourrait apporter un bénéfice intéressant.

 

Réserve

La prévention a été abordée à travers le développement du service sanitaire, mais également par le biais des CPTS, dont la mise en place d’actions sera l’une des missions. Nous resterons vigilants à ce que les financements soient équitablement répartis entre les professionnels de santé et ne soient pas uniquement fléchés par et pour les professionnels médicaux.

Le patient au cœur du système

 

Définition

Nous assistons depuis plusieurs années à une évolution du rôle du patient au sein du système de santé. D’un paradigme où le patient était la personne malade qui écoutait le personnel expert, le patient doit être aujourd’hui pleinement intégré dans les discussions et décisions qui concernent sa situation. L’intégration de la notion de parcours confirme cette évolution, dans laquelle le patient ne doit plus consulter une série de professionnels, mais où les professionnels doivent s’organiser autour du patient pour lui définir un parcours cohérent et lisible.

L’Etat propose en ce sens d’étendre et de systématiser la mesure de la satisfaction des usagers pour l’ensemble des prises en charge.

 

Opportunités

Les attentes du patient représentent l’un des trois piliers de l’Evidence Based Practice. Il est indispensable, dans une société où l’information est pléthorique, d’accompagner le patient pour une meilleure compréhension de sa pathologie. Le kinésithérapeute est engagé quotidiennement auprès des patients, en développant une relation de confiance et d’écoute. La satisfaction du patient doit être intégrée dans les priorités du thérapeute. L’intégration des attentes du patient au sein des formations de santé est tout à fait cohérente.

 

Réserve

Nous resterons attentifs à la mise en œuvre d’indicateurs pertinents pour évaluer la satisfaction du patient en évitant les effets pervers de l’évaluation, où le thérapeute serait contraint d’accomplir l’ensemble des choix thérapeutiques du patient pour que ce dernier obtienne satisfaction. Nous refusons tout développement d’évaluations–sanctions dans lequel les praticiens de santé seraient notés par leurs patients, sur des critères purement subjectives, plutôt que sur des critères scientifiques.